Damien BOUVIER

Damien BOUVIER

Doctorant à l'Université Paris I Panthéon-Sorbonne (École de Droit de la Sorbonne), sous la direction du Professeur Denys SIMON (thèse en préparation : « La représentation internationale de l’Union européenne »).
Membre du programme de recherche bilatéral franco-roumain « Du paquet fiscal à la constitution » co-dirigé par Madame Elena-Simina TĂNĂSESCU, Professeur à la Faculté de Droit de l’Université de Bucarest, et Monsieur Éric OLIVA, Professeur à la Faculté de Droit d'Aix-Marseille Université (financement ANR).
Chercheur hébergé au Centre Européen d’Études Juridiques de l’Université de Genève (Suisse).
Membre du Conseil Directeur et ancien Vice-Président trésorier de l’Association franco-roumaine des juristes.
Ancien Secrétaire général du Collège juridique franco-roumain d'études européennes.
Ancien Attaché temporaire d'enseignement et de recherche de l'Université Paris I Panthéon-Sorbonne détaché au Collège juridique franco-roumain d'études européennes.
Ancien Coordinateur de l'Institut de Droit des Affaires Internationales du Caire.

Domaines d'intérêt : droit européen des relations extérieures, droit institutionnel européen, droit constitutionnel et droit public comparé.

Communication au colloque 20 ans et le temps du Droit : « La représentation de l’Union européenne en temps de crise : l’exemple du conflit ukrainien »

La représentation de l’Union européenne sur la scène internationale a subi de profonds changements suite à l’entrée en vigueur du Traité de Lisbonne. La crise ukrainienne a été à ce titre un cas d'école pour le temps du droit de la représentation telle que prévue par les nouvelles dispositions en la matière. L'incarnation de l’Union européenne a été marquée par une cohérence matérielle en dépit de la multiplicité institutionnelle qui l’a caractérisée. Alors que certains acteurs titulaires de prérogatives de représentation se sont montrés à la hauteur des pouvoirs conférés, d’autres se sont illustrés selon des modalités imprévues par les rédacteurs du traité. A ce titre, la représentation de l’Union européenne lors de la crise ukrainienne est un prisme inédit de réflexion pour tout observateur de l’évolution de l’équilibre des rapports institutionnels au sein de l’Union.